Chambéry Contact | Adhesion News Horaires   Votre espace
FO-SAVOIE

MANIFESTATION DU 11 AVRIL 2019

Le printemps des retraités et des retraitées dans la rue le jeudi 11 avril 2019
Un gouvernement sourd dingue !


Dès son arrivée à la présidence de la République M. Macron a attaqué les retraité-e-s :
gel des pensions pour 2018 et 2019, augmentation de 25 % de la CSG, soit une perte de pouvoir d’achat de 5 % en deux ans ! Il a provoqué la colère, que plus de 200 000 personnes ont exprimé en manifestant le 15 mars 2018 à l’appel de nos neuf organisations.
Puis l’inflexibilité du gouvernement sourd dingue a provoqué une crise sociale profonde, l’irruption des gilets jaunes et, parmi elles et
eux, de très nombreuses personnes retraitées présentes sur les ronds-points, dans les discussions et manifestations.
Toutes ces mobilisations ont contraint le gouvernement à tenter de calmer la colère en acceptant d’annuler l’augmentation de la CSG
pour une partie des retraité-e-s, de recevoir enfin une délégation de nos neuf organisations,.


Le mécontentement persistant incite maintenant le gouvernement à envisager de respecter le code la Sécurité sociale, de revaloriser les
pensions 2019 du montant de l’inflation …mais seulement pour les basses pensions.
Un gouvernement … dingue de dons aux plus riches.
Le gouvernement ne remet pas en cause sa politique très inégalitaire :
- L’augmentation de la CSG reste pour une partie des retraité-e-s. Le gouvernement tente de nous diviser en ne traitant pas tout le monde de la même façon. Il remet en cause le principe de nos systèmes de retraite solidaires par répartition, dans lequel le fait de cotiser donne droit à une pension et une revalorisation.
- Le bradage de biens publics à des « investisseurs privés », après les autoroutes, voilà les aéroports.
- Les exonérations de cotisations sociales (famille, maladie, vieillesse, etc.) provoquent des difficultés financières de la Sécurité Sociale, qui poussent à des reculs de la couverture maladie, la politique familiale, les pensions, etc.
- Nos neuf organisations sont reçues mais nos demandes ignorées : Gilles Le Gendre, président du groupe LREM de l’Assemblée Nationale, et Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics,
restent « dans la ligne » de la politique du gouvernement : énormes cadeaux aux grandes entreprises et à leurs actionnaires qui vident les caisses publiques, ce qui sert de prétexte à l’austérité pour les autres personnes, notamment retraitées.
Des revendications qui peuvent et doivent être satisfaites De l’argent, il y en a !
Nous demandons le rétablissement de l’ISF (4,5 milliards d’euros), l’imposition des dividendes à l’impôt progressif (10 milliards), la fin du CICE (40 milliards en 2019), la suppression de l’exit tax (6 milliards), la lutte contre la fraude fiscale (au moins 100 milliards), etc.
Nous revendiquons :
- la suppression de la hausse de la CSG et des exonérations de cotisations sociales,
- la revalorisation de toutes les pensions en fonction de l’évolution des salaires, le rattrapage des pertes subies depuis 2014,
- un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète ;
- le maintien et l’amélioration des pensions de réversion ;
- la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie.
Le 11 avril, rendons visibles notre colère et nos exigences !
Les organisations syndicales retraité-e-s de Savoie : CGT, FSU, FO, UNSA, FGR appellent
l'ensemble des retraité-e-s à manifester :  Chambéry : 10h30 - Place Caffe
 Albertville : 10h - Mairie

 

DISCOURS DE RENEE  :

Chers camarades, A l’appel de neuf organisations, nous manifestons sur des bases communes, nous avons décidé

1-    De déposer une lettre dans la boîte du député Mignola – la lire

2-    Ce mardi 9 avril et mercredi 10 avril, nos organisations ont, en commun, diffusé le tract et fait signer les cartes postales

3-    Nous nous adressons aux maires des communes afin qu’ils fassent voter une délibération  à leur conseil municipal pour soutenir les retraités

4-    Le lundi 5 mai nous avons rendez vous avec TyphanieDegois dont nous exigerons des réponses sur nos revendications

5-    Le mercredi 15 mai, 17h30, salle de la Grenette, les organisations présentes ici tiendront une réunion à laquelle seront invités les actifs

Je rappellerai que : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » alors il nous reste une tâche : démonter les mensonges de ce gouvernement, car nous ne faisons pas partie de ceux qui croient aux promesses ! Souvenons-nous, la promesse de Macron « je ne toucherai pas aux retraités » !

Le gouvernement poursuit donc la vaste entreprise de démolition de notre modèle social basé sur la solidarité - la vraie - entre les générations et les professions.  Macron, appelons-le « monsieur moins »  moins de fonctionnaires, moins d’hôpitaux, moins de garanties, moins de protection sociale, moins de retraites …. 

Une fois de plus, l’OCDE vient de dicter ses ordres à Monsieur Moins « Les dépenses de retraite sont un poste important qui demandera de nouvelles mesures pour relever l’âge effectif de départ du monde du travail » actuellement 62 ans et 7 mois .

Précédée par l’Union européenne (20.11.1999 : « Notre premier objectif est de réduire le poids que représente les pensions, l’une des idées qui est déjà examinée avec intérêt est le relèvement de l’âge de la retraite » 

 Souvenons-nous également des injonctions de Denis Kessler, en 2007, alors président du MEDEF  «Notre modèle est le produit du Conseil de la Résistance, il est temps de le réformer. Simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Sortir de 1945 et défaire le programme du CNR ! »

Alors ce gouvernement détricote tout, quelques exemples : l’âge de départ à la retraite de la réforme Delevoye c’est la valeur du point à la sortie, fixée par le gouvernement, en fonction de la situation économique du pays ! Alors mes chers camarades, ce sera 65 ? 67 ? 70 ? comme en Suède où cette réforme a fait reculer l’âge de la retraite de 61 ans à 67 ans !

La pension de réversion… faire du splitting, c’est-à-dire le partage, si monsieur gagne 4000 € et madame 2000 €, on garantirait la moitié 3000€, si c’est madame qui meurt 0€ pour le conjoint ! il va nous falloir tirer au sort qui devra mourir… celui qui gagne le plus !

Nous sommes là, aujourd’hui car nous refusons cette politique : une chute sans précédent du pouvoir d’achat des retraités, moins 20% en 15 ans, un véritable racket pour viser une ponction de 7 milliards d’économie sur notre dos en 2 ans.

Nos anciens ont  gagné la retraite par répartition fondée sur le salaire différé !

Nos anciens ont gagné la pension de réversion !

Nos anciens ont  gagné la Sécurité sociale qui a permis l’allongement  de la durée de  vie !

Comment pourrions-nous accepter de subir  ce démantèlement sans  réagir. Nous avons des enfants, des petits enfants, va-t-on leur laisser un monde sans droits !

Gouverner grâce aux mensonges ! depuis toujours nous combattons pour que nos pensions  soient de nouveau indexées sur les salaires ! Alors M.Guerini vient de découvrir les mérites d’une  telle revendication en proposant  une indexation différenciée pour les « petites retraites ». Ce qui serait une rupture dans les modalités de calcul de la répartition. Le retraite n’est pas une prestation d’assistance mais un droit dont le montant résulte de la carrière et des cotisations versées !

Le Haut commissaire aux retraites vient lui aussi de découvrir les mérites de l’indexation sur les salaires en proposant d’indexer les futures pensions sur le salaire ! Un piège   car il explique  aussitôt que le coefficient à la liquidation servi par le système serait réduit en conséquence !

Quant aux EHPAD, nous avons tout à craindre ! Malgré les 175 propositions du rapport Libaut, il est à craindre une privatisation rapide des EHPAD, en hausse de 25% en 2016. Lorsque le Préfet de Savoie dit qu’il veut « faire appel à une candidature pour choisir le meilleur avenir, avec des propositions innovantes pour St Baldoph »…. Nous avons tout à craindre. Ecoutons les propos de  JeanArcelin  qui a dirigé deux EHPAD privés « je devais dégager 15% de bénéfice net, c’est un niveau de rentabilité très élevé comparable aux industries de luxe. Sauf qu’en EHPAD pas de possibilité d’augmenter le chiffre d’affaires, la seule façon de gagner de l’argent c’est de réduire sans cesse les dépenses, on fait des économies sur tout : sur le personnel, la nourriture, des fournitures…ce sont des situations de maltraitance au quotidien ». Jusque aux associations d’aide à domicile… qui attirent des concurrents redoutables pour les privatiser  !

Et comment financer les 175 mesures  libaut? Une journée de solidarité de plus ? augmenter la CASA à 1% (caisse additionnelle de solidarité) ? pérenniser la CRDS (contribution à la dette sociale) ? mobiliser les bénévoles de tout âge, notamment les jeunes en service national universel ? Allonger la durée de cotisation donc reculer l’âge de la retraite ?

Pour nous ce sera prise en charge du financement de la perte d’autonomie, suite du vieillissement, par la sécurité sociale !

De jolis mots : universel, système de retraite universel ! service national universel ! Ecole de la Confiance ! facteur d’avenir ! et au bout du bout le développement de la pauvreté et de la précarité  pour les retraités comme pour les actifs  …alors pour nous ce sera non, non et encore non

Résistons, revendiquons, reconquérons !

Pas de retraite à points ! Augmentation du pouvoir d’achat des retraités ! 

 


Documents utiles à télécharger :

  discours_renee_udr_11_04_2019.pdf